Voyager vegan #4 : comment s’en sortir à l’étranger pour manger végétalien

Salut à tous!

Comment faire pour voyager tout en suivant son mode de vie vegan?! En voilà une question que l’on me pose souvent, surtout à moi qui suis un vrai pigeon voyageur! D’autant plus que je pars souvent à l’étranger, et selon les pays, lorsque l’on ne parle pas la même langue, qu’il est dans la culture du pays de consommer beaucoup de produits animaux, etc… , rester fidèle à ses convictions peut paraitre compliqué. Mais vous le savez, pour moi, ce mode de vie n’est pas difficile, parce que j’ai décidé qu’il ne le serait pas, ni en France ni ailleurs, et pis c’est tout! Na! 😉 Non, plus sérieusement, cela me demande juste un petit peu d’anticipation, et ce n’est pas bien difficile. Alors voici mes conseils et bons plans pour bien s’organiser et conserver mon alimentation végétalienne lorsque je voyage, notamment dans un autre pays que la France.

Au préalable, je vous recommande de lire mon article sur comment s’organiser avant de partir, vous aurez ainsi pleins de bonnes bases pour vous aider pendant votre voyage.

Et voici maintenant quelques conseils pour s’en sortir à l’étranger pour manger vegan.

Hummm des bons nems végétaliens 🙂

 

On garde ses habitudes

Et quand je dis que l’on garde ses habitudes, c’est-à-dire que l’on ne culpabilise pas de se tenir à son régime végétalien, même en vacances, même si les personnes qui nous accompagnent sont moins en clin à accepter nos petites « contraintes » durant leurs vacances. Quand on est convaincu par un mode de vie, et que l’on a une vraie motivation pour cela, il n’y a pas à culpabiliser parce que l’on souhaite s’y tenir, même en dehors de chez nous.

On se dit que c’est n’est pas plus difficile ailleurs

Rien n’est impossible. On peut toujours contourner les « obstacles » et trouver des alternatives. Personnellement, je sais que le véganisme est désormais mon mode de vie au quotidien, et je n’ai plus besoin de réfléchir à comment je vais faire. Tout est devenu une habitude, un réflexe, donc où que j’aille, je continue de suivre mes habitudes, c’est aussi simple. Je n’ai aucunement envie de me priver d’aller dans tel ou tel pays du monde parce que cela risque d’être difficile pour moi de trouver à manger, mais je ne me force pas non plus à faire des exceptions pour faire plaisir, ou parce que c’est plus pratique. Et je n’ai jamais eu aucun problème à m’y tenir. Ce serait un peu comme de demander à une personne intolérante au gluten de faire l’impasse sur son régime alimentaire, « parce que ce n’est pas très pratique quand on est en vacances »! Quand on a des risques de santé, on ne se permet pas de demander aux gens de faire des entorses ; donc ne culpabilisez pas, vous non plus vous ne pouvez pas faire d’entorse si vous ne le souhaitez pas, quelles qu’en soient les raisons.

On reste compréhensif

Bien souvent, selon les pays où je voyage (et même en France), beaucoup de gens ne connaissent même pas le mot végétalien ni vegan. Alors je leur explique ce que cela signifie, simplement, pourquoi j’ai adopté cette alimentation, et comment je fais au quotidien, ce que je peux manger, etc… Il faut rester conscient que ces modes de vie / d’alimentation ne sont pas encore très connus partout dans le monde, donc si la personne en face de vous ne les connait pas, pas de problème, il suffit d’un peu de communication pour tout lui expliquer.

On ne cède pas (même si ce n’est pas simple…)

Vient aussi le fait que l’on peut être dans une situation délicate, comme par exemple faire un dîner dans notre famille qui nous invite, ou dans une chambre d’hôte, où les personnes qui nous reçoivent tiennent absolument à nous faire déguster leurs plats traditionnels. Et il est vrai que dans certains pays, il est difficile d’éviter la viande ou le poisson car ils sont habituellement servis à tous les repas, comme en France, en Angleterre, en Chine, au Japon, etc… et dans certaines cultures, le fait de manger tel ou tel aliment peut faire partie de la coutume du pays d’accueil.

Il est évident que nous n’avons aucune intention de blesser les gens qui nous reçoivent, et il peut donc nous paraitre délicat de refuser un plat que l’on nous propose. Dans ce cas, expliquez simplement aux locaux que vous ne mangez pas certains aliments, et pourquoi (c’est par respect pour votre mode de vie / pour les animaux / par soucis de santé, etc… et non par méchanceté) vous refusez de manger certaines choses. Soyez gentil(le) pour ne pas vexer la personne, mais restez ferme dans vos positions, et vous verrez qu’avec un peu de communication, tout s’arrange.

 

Un peu de riz et quelques légumes… ce n’est généralement pas compliqué pour un restaurant de vous préparer cela, même à l’étranger 

On revoit tout de même ses ambitions à la baisse

Je vais tout de même modérer mes propos d’avant, à savoir qu’il faut tout de même savoir être « flexible » et ne pas être trop exigeant. C’est-à-dire que, sans non plus entraver son régime végétalien, il se peut que vous n’ayez pas le moyen de manger exactement ce que vous vouliez. Par exemple, il se peut que la seule chose que vous puissiez manger dans un resto à l’étranger (et c’est aussi valable en France d’ailleurs!), c’est une salade verte. Si vous n’aimez pas les crudités, ça peut être gênant, lol! Personnellement, je ne suis pas fan des crudités, mais je me force un peu, je me dis que ce n’est pas grave, que c’est occasionnel et que je mangerai mieux au repas suivant. Je ne fais pas ma difficile, tant que cela reste exceptionnel, et ce n’est pas si grave de ne pas faire un repas complet parfaitement équilibré, ça arrive à tout le monde, quelque soit son mode d’alimentation. Le plus important pour moi est de ne pas déroger à mon régime végétalien, après si je n’ai pas mes 5 fruits et légumes dans ma journée à l’occasion, je n’en fais pas un drame 😉

On choisit soit quelques entrées, soit une assiette d’accompagnement

Parfois, aucun plat à la carte d’un resto ne pourra convenir à votre alimentation. Toutefois, et c’est valable aussi quand je mange au restaurant en France, il y a souvent des entrées, ou les accompagnements des plats de viande ou de poisson qui peuvent vous satisfaire. Et jamais aucun serveur ne m’a refusé une simple assiette d’accompagnements, ou un repas composé de plusieurs entrées, en guise de repas. Et c’est toujours très bon! Bref, on fait avec ce qu’il y a de dispo dans la cuisine du restaurant, et ce n’est pas bien compliqué 😉

On ose la nouveauté!

Combien de fois je me suis retrouvée dans un pays avec un plat devant moi que je n’avais jamais goûté! Et bien souvent, c’était fort délicieux! Il faut parfois être un peu curieux, et savoir oser, car c’est souvent là que l’on fait de belles découvertes gustatives! Assurez-vous qu’il n’y ait aucun produit d’origine animal dans le plat que l’on vous propose, et foncez! Vous ferez probablement de merveilleuses révélations culinaires en étant ouvert à la nouveauté, je vous le garantis!

On ne change pas d’amis parce qu’ils ne veulent pas aller dans le seul resto végé de la ville 😉

Si on voyage avec des amis, on arrête de croire qu’ils vont nous proposer midi et soir d’aller manger dans un resto végé : ça, ça n’arrive jamais (ou rarement 😉 ).  Eux aussi ils sont en vacances, ils ont envie de se faire plaisir, et l’idée, c’est de faire plaisir à tout le monde, pas juste à soi. Alors on essaie de voir sur le menu du resto qu’ils choisissent si on va trouver son bonheur, on s’adapte, et tout va bien!

Un repas au resto entre amis, c’est possible, même quand on est végétalien!

On anticipe

On amène quelques snacks avec soi

Pour éviter toute frustration de ne pas pouvoir manger sain et des choses que l’on aime, on peut également prévoir d’amener quelques petits trucs à manger quand on prépare sa valise, pour avoir près de soi des aliments que l’on apprécie, ça peut permettre d’éviter certaines carences, les pulsions sur des aliments pas très sains (type les frites du resto!), voir même… de crever de faim (oui ça m’est arrivé, lol!). Vous retrouverez plus en détail dans cet article quelques idées de ce que j’emmène dans ma valise. Un peu d’organisation permet souvent d’éviter les frustrations!

Si on peut / veut, on se prépare son repas

Si vous avez une cuisine à dispo (si vous avez loué un studio, ou si vous logez dans une auberge de jeunesse par exemple), vous pouvez très facilement vous préparer vos propres plats, au moins aucun doute sur les ingrédients utilisés. Et si vous logez chez l’habitant, vous pouvez même leur proposer de préparer un repas à partager pour leur faire découvrir votre cuisine!

Si on veut aller au resto

Si vous n’avez pas accès à une cuisine, ou si comme moi vous avez juste une grosse flemme de vous préparer à manger quand vous êtes en vacances (!), ne vous privez pas d’aller manger à l’extérieur. Essayer si possible d’être stratégique pour bien choisir votre resto. Et oui, car selon la nationalité, certains d’entre eux vous offrirons souvent plus de choix de plats, que d’autres. Dans cet article, je vous ai mis tous mes conseils pour trouver le type de restaurant qui peut vous faciliter la vie.

On peut également appeler le resto avant d’y aller, et demander si le cuisinier peut faire un plat adapté à votre régime alimentaire. Bien souvent, ils apprécient cette anticipation, et parfois même, cela représente un défi qu’ils auront envie de relever!

On peut aussi demander aux locaux leurs conseils pour trouver un endroit où manger, ils connaissent parfois de bonnes adresses qui peuvent convenir à votre alimentation.

On s’équipe

On achète le « livre de traduction du vegan » 😉

Un super outil pour aller manger au resto lorsque l’on est à l’étranger, c’est ce petit livre de la Vegan Society, dont je vous parle dans cet article. Il suffit de le sortir une fois arrivé au restaurant, et de le montrer au serveur pour qu’il puisse vous proposer un plat adapté à vos souhaits, selon ce qu’il possède dans sa cuisine.

 

Petit livre Vegan Passport de The Vegan Society

 

On télécharge quelques super applis

Je ne quitte plus Happy Cow qui permet de trouver, n’importe où l’on va des restaurants végétariens ou végétaliens, voire même des boutiques. Bien sûr, leur liste n’est pas exhaustive, car beaucoup de restaurants « normaux’ proposent des plats végétariens voir végétaliens, donc n’importe où vous irez, vous pourriez trouver votre bonheur. Mais cette appli facilite beaucoup les choses!

Vous avez aussi l’appli Vegan qui permet de scanner n’importe quel produit et de savoir s’il est vegan ou non, partout dans le monde.

On télécharge une appli de traduction comme Google Traduction. Ou éventuellement, on se prépare un petit papier avec les traductions des mots clés comme « végétalien », « viande », « poisson », « œuf », « lait », etc…que l’on amène au restaurant pour pouvoir traduire la carte ou même demander au serveur s’il y a ces aliments dans le plat. Attention : beaucoup ne savent pas forcément ce que signifie le mot végétalien, il est souvent plus simple de demander un plat sans viande, sans poisson, etc… que de s’acharner à essayer de faire comprendre le mot « végétalien » (je parle d’expérience 😉 ).

Ulmon : cette appli n’est pas spécifique pour trouver des lieux veggie, je vous en reparle simplement car c’est l’appli que j’utilise toujours quand je pars en vacances, car elle permet de télécharger la carte de la ville ou du pays dans lequel vous allez, et de pouvoir vous connecter sans connexion internet (et donc sans surcoût) pour savoir où vous vous trouvez. Et vous pouvez y enregistrer les lieux qui vous intéressent : votre hôtel, attractions touristiques, et pour ma part j’y ajoute les adresses des restos où je sais que je pourrai smanger vegan. Et voilà comment se simplifier la vie!

 

En conclusion

Voyager tout en respectant votre propre mode de vie n’est pas infaisable. Je refuse catégoriquement de manger des produits animaux, je sais pourquoi, et personne ne me fera changer ma manière de faire. Cependant, je reste totalement ouverte à la discussion, j’explique pourquoi si on me le demande, et je fais très attention à ma manière de l’expliquer pour ne pas blesser qui que ce soit. Si vous êtes clair, je vous garantis que vous n’aurez aucun mal à suivre votre mode de vie, même à l’étranger. Le but est simplement de se faire respecter, pas de convertir tout le monde! Et généralement, les locaux font tout pour vous faire plaisir, donc à moins de ne pas avoir de bol, vous trouverez toujours 😉

Pour moi, la clé d’un voyage réussi, c’est de bien s’organiser à l’avance, et d’avoir quelques ‘trucs’ pour s’aider, une fois sur place. J’espère donc que tous ces petits conseils vous aiderons vous aussi!

Et vous, avez-vous d’autres idées à partager pour voyager sereinement à l’étranger, tout en conservant votre mode de vie vegan?!

With love,

Marine

2 Comments

  1. Répondre

    Florent

    4 juillet 2017

    Salut!

    Personnellement, je trouve compliqué….
    Déjà quand on demande à des personnes s’ils connaissent un bon restaurant végétalien et qu’on te répond que cette secte est nulle….
    Ensuite, ben tu commande une salade sans sauce et que tu dois renvoyer en cuisine parce que la sauce salade n’est pas vegan…
    Ensuite: pizza végétarienne sans fromage, tu dois renvoyer en cuisine…
    Le reste: plat végétarien avec frites et légumes et tu vois que les haricots sont entourés d’une bande de lard…. On te propose même des pâtes au beurre, si tu veux du vegan oO.
    Il ne reste que le café qui est végan, car on te l’apporte sans crème. Tu viens une fois dans le restaurant, tu sens que tu enquiquine drôlement le service et qu’on te regarde comme si tu avais la peste.
    Joyeuses vacances!
    See you!

    • Répondre

      Marine

      4 juillet 2017

      Coucou Florent,

      Olaaa je ne connais que trop bien tout ce que tu racontes dans ton message… C’est vrai qu’il y a tellement de produits animaux partout que ce n’est pas toujours simple, et même les cuisiniers ne font pas / ne veulent pas faire attention. Des fois il est plus simple de dire que l’on est allergique, pour être pris au sérieux! Mais en posant les bonnes questions, et en expliquant clairement nos limites, on finit toujours par trouver quelque chose à manger. Personnellement, je ne refuse jamais une invitation au resto sous prétexte que cela va être compliqué, il est hors de question de s’arrêter de vivre! Et c’est justement en enquiquinant les gens comme tu dis que je pense que l’on va faire bouger les choses. Objectif : un plat vegan à chaque carte de restaurant 😉 Allez, ne perds pas courage, on va y arriver!!!

      Bisous

LEAVE A COMMENT

RELATED POSTS